Notre lac

L’origine

Le lac portait le nom de lac à la Truite qui était mentionné sur les cartes antérieures aux années 60, par la suite le nom a changé pour lac Blanc. Le même phénomène s’est produit au lac Émeraude car avant les années 80, son appellation était le lac Ricard.

carte-bathymrtique-lac-blan

Technique                   

Le lac Blanc a une superficie de 11 km, une longueur de 5 km, une profondeur de 42 mètres, La montagne qui sépare le lac en son centre est surnommée la Pinotte par sa forme qui ressemble à une arachide en écale. Le lac Blanc puise son eau de deux charges principale la rivière des pins appelée autrefois rivière Pauvre et la décharge du lac Émeraude. Les autres charges qui sont de moindre importance sont celles des lac Perreault, Fin et Tabac. La décharge du lac Blanc traverse les terres de St-Ubalde pour se terminer dans la rivière Sainte-Anne à l’entrée de St-Casimir.

En 2005, un bilan de santé du lac a été fait et sans grande surprise nous pouvons affirmer que l’étude nous démontre qu’il y a des signe de vieillissement prématuré et qu’il est important que certaines habitudes changent pour ralentir se cycle. Un évènement nouveau s’est produit à l’automne 2006, des algues bleues viennent confirmer l’étude. Après une deuxième année avec les algues, avec le lac Perreault qui s’ajoute à la liste, des études de sols sur tout le territoire de la municipalité seront entreprises en 2008, 2009 et 2010. Le but de l’étude est de mieux connaître les sources de pollution afin de les combattre.

Démographie              wp4fd280ae

En 1925, Dominique Trottier construit le premier chalet du lac avec un associé mais il fut détruit par le feu deux ans plus tard. À cette période, un Amérindien Jos Lacerte habitait à l’entrée de la rivière Pauvre, tout près du rapide, dans une cabane de bois rond. Par la suite, les deux frères Jeannette se sont réfugiés au même endroit, c’est la période de la dépression des années 30. Un premier moulin à scie se construit sur la berge de la rivière Blanche, celui-ci fonctionnait avec la pression de l’eau ce qui lui procurait l’énergie dont il avait besoin pour faire fonctionner le moulin. Le propriétaire de ce moulin était Alphonse Auger (vers 1900) ensuite son fils Ulric en prend possession en 1920 qui le cède plus tard à son frère Alphonse junior. Entre 1941 et 1949, M. Henri Pleau et Fils exploitait un moulin à scie sur le bord du lac Blanc, pour vous situer l’endroit du moulin il faut se rendre sur la 6erue, à cette période la drave était courante sur le lac, nous retrouvons encore aujourd’hui des billes au fond du lac. En 1959, le curé de St-Thuribe,  Pétro Princhipi, démarre une colonie de vacances pour les jeunes, vaste domaine partant de la 8e rue jusqu’au camping, il dirigera cette entreprise pendant quinze ans.

Une personne qui avait un attachement particulier au lac Blanc, M. Arthur Cinq-Mars décida de construire un Hôtel avec restaurant au début des années 60. Les premières motoneiges firent leur apparition au lac Blanc loué par l’hôtelier ainsi qu’une pente de ski au lac à Ricard. Par la suite, plusieurs propriétaires se succèderont. Entre-temps le Camping Municipale de St-Ubalde ouvre en 1972 et se développera année après année. Les Chevaliers de Colomb du Québec font l’achat en 1974 de la colonie de vacances qu’ils dirigeront pendant plus de trente ans. Le Dépanneur Bélanger (Jean-Claude) ouvre ses portes vers la fin des années 70.

Plusieurs drames se sont passés antérieurement, un feu de forêt dans les années 40 situé à l’ extrême ouest du lac. Deux résidences ont brûlé dans les années 80 et l’Hôtel en 1997. Le pire drame a été les trois noyades durant les cinquante dernières années L’année 2005 a été riche en changement, la Municipalité vend le Camping aux frères Audet, et Les Chevaliers de Colomb vendent la colonie de vacances aux MM. Denis pour les revendre en plusieurs terrains résidentiels, c’est ce dernier événement qui changera la démographie autour du lac. Aujourd’hui le lac Blanc est entouré de plus de 150 propriétés et quelques érablières.

Dans l’avenir nous devrons être très vigilants si nous désirons préserver notre plan d’eau le plus longtemps possible. Une association a été créée en 2005 pour la sauvegarde du lac Blanc. Avec toute l’information à notre disposition aujourd’hui et l’aide de divers intervenants dont la Capsa, tous ensembles nous arriverons à améliorer le sort de notre lac et peut-être bien à le conserver pour de nombreuses générations.

Par : Michel Pleau et Eugène Pleau

 

Le futur!